S'ils ont la force, il nous reste le Droit Victor Hugo
Partager Le Droit Routier sur :
Flux RSS :

La confiscation du véhicule et LOPPSI 2

Publié le 28 février 2011

Tags : PRESSE, RADIOS, RTL

                                   

LA CONFISCATION DU VEHICULE ET LOPPSI 2

  Le Code de la route françaisprévoit d'ores et déjà la confiscation du véhicule dont le condamné s'est servi pourcommettre, ou tenter de commettre pour les délits, l'infraction, s'il en est lepropriétaire.

La confiscation consiste àl'aliénation forcée du véhicule par les pouvoirs publics qui vendent àleurs seuls profits le véhicule aux domaines ou le détruisent selon la valeurvénale du bien.

En d'autres termes, laconfiscation est la perte pure et simple de propriété du véhicule avec lequell'infraction a été commise par le condamné.

Le véhicule ne peut êtreconfisqué que si son propriétaire a commis l'infraction et que la mesure aitété prononcée par un juge pénal.

Cettemesure initialement mise en place en 2003 permettait selon les autorités demettre fin à certains comportements particulièrement dangereux comme lescourses illicites de véhicules traversant la France à très grande vitesse.

De nouvelles dispositions ont élargi la sanction à d'autres comportementsroutiers tels que : homicide ou de blessures involontaires, conduite malgréune suspension ou une interdiction de conduire, refus d'obtempérer aggravé parmise en danger d'autrui usurpation de plaque d'immatriculation, usage de fausseplaque ou de fausse inscription apposée sur un véhicule à moteur ou remorque,mise en circulation de véhicule à moteur remorque muni de plaque oud'inscription inexacte, fausse déclaration sur le propriétaire d'un véhiculeà moteur circulant sans plaque ou inscription obligatoire sur une voie ouverteà la circulation publique, défaut d'assurance, défaut de permis,commercialisation de kit de débridage de cyclomoteur ou montage parprofessionnel, commercialisation d'un antiradar, circulation d'un véhicule à2 roues à moteur, un tricycle à moteur ou un quadricycle à moteur non réceptionné,excès de vitesse supérieur ou égal à 50 km/h .

Laloi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance a étendu cesdispositions à toutes les infractions entraînant un an de prison.

Afinde permettre un recours plus fréquent au prononcé de cette peine et, surtout,d'en faciliter l'exécution, la loi a étendu la possibilitéd'immobilisation à titre conservatoire du véhicule en vue de saconfiscation, auparavant simplement prévue pour les délits, aux contraventionsde cinquième classe, parmi lesquelles figure principalement le grand excès devitesse. Cette immobilisation, qui ne peut être décidée qu'avec l'accorddu procureur de la République , doit obligatoirement s'accompagner de la rétention immédiate du permis deconduire.

L'association 40 MA réagit:

COMMUNIQUE

L'association de défense des usagers réagit aux débats médiatiques et parlementaires en dénonçant le caractère illégal de l'automaticité des sanctions prévues par la Loi LOPPSI, en ce qui concerne la confiscation du véhicule. Elle rappelle, à ce sujet, que les juges répressifs peuvent d'ores-et-déjà prononcer  une peine de confiscation pour les délits les plus graves. Peu appliquée aujourd'hui, en raison de son caractère disproportionné, la confiscation du véhicule, peut s'avérer, face à un comportement dangereux pour la sécurité routière, plus appropriée qu'une peine de prison, facteur de désociabilisation.  

Si sur le principe, l'association n'est pas opposée à une telle mesure, elle ne peut en revanche cautionner son caractère automatique, en raison des risques sociaux et juridiques qu'il soulève.

« Il revient aux juges, auxquels seuls il appartient d'infliger en toute indépendance une sanction proportionnelle à la gravité des faits, de pouvoir appliquer cette mesure avec discernement, quand on sait les répercussions que la perte d'un véhicule peut avoir sur un foyer », illustre Rémy Josseaume, Président de la commission juridique de « 40 millions d'automobilistes ».  

Des mesures qui enfreignent les règles constitutionnelles

L'administration devra d'ores-et-déjà surmonter plusieurs questions de droit, soulevées par la commission juridique de l'association :

 -    Comment l'administration va-t-elle identifier le propriétaire du véhicule pour opérer la confiscation ? (la carte grise n'étant pas un titre de propriété selon l'arrêté du 5 novembre 1984 relatif à l'immatriculation des véhicules ? art. 2. II. al. 3.)

-    Comment l'administration va-t-elle réparer le préjudice subi par un usager qui serait finalement relaxé des faits (une sanction en l'absence de jugement porte atteinte à la présomption d'innocence) ?

-     Doit on pénaliser tous les membres d'une même famille pour la faute de l'un des siens (atteinte à la personnalisation de la sanction et au droit de propriété) ?

L'association attire l'attention des pouvoirs publics contre une telle dérive sécuritaire qui contreviendrait assurément aux règles constitutionnelles et à l'indépendance séculaire des juges.

Les   frais d'enlèvement et de garde en fourrière sont à la charge dupropriétaire du véhicule.

Sauf dansle cas où le véhicule est vendu, ils seront à la charge de l'acquéreur.

La loi LOPPSI 2 rend automatique la confiscation du véhicule du condamné s'il en est propriétaire


  DOSSIER DE SYNTHESE

REVUE DE PRESSE








Commenter cet article

Plus d'articles sur le Droit Routier

Alcool au volant
Permis de conduire
Stupéfiants au volant
Excès de vitesse
Infractions routières
Litiges automobiles
PV dans l'entreprise

Tel.:   01.76.54.34.97

Port.: 06.15.35.35.52

L'actualité en direct

Les dernières interventions dans la presse de Maître Rémy JOSSEAUME :

A la Une
Retrouvez mes derniers articles dans la Revue de Presse
Retrouvez mon Blog sur Facebook
Retrouvez mon Blog sur Twitter

L'Automobile-Club des Avocats - ACDA

Après avoir fondé la Commission Juridique de l'association 40 Millions d'automobilistes qu'il a présidé bénévolement (de 2007 à fin 2011), Me Rémy JOSSEAUME est l'un des fondateurs de L'AUTOMOBILE-CLUB DES AVOCATS

En savoir plus

Formations et séminaires en droit routier

Me Rémy JOSSEAUME intervient comme conférencier en droit routier pour le Barreau de Paris et au sein d'entreprises, d'associations, clubs de course, etc..

En savoir plus

Lettre d'information

Inscrivez-vous à la lettre d'information du Droit Routier et recevez toute l'actualité directement sur votre mail !

M'abonner à la newsletter


Retrouvez le Droit Routier sur Facebook