S'ils ont la force, il nous reste le Droit Victor Hugo
Partager Le Droit Routier sur
Flux RSS
Rémy Josseaume Avocat
06 15 35 35 52 01 76 54 34 97
Un avocat défend votre droit de conduire
Retrouvez mes dernières interventions presse :
Le blog du droit routier

telephone au volant avocat delit routier

Publié le 10 juillet 2020 par Me JOSSEAUME

telephone au volant avocat delit routier

telephone au volant avocat delit routier

Publié par Me JOSSEAUME le 9 juillet 2020 - Le Figaro

Si depuis le mois de mai dernier, le Préfet peut suspendre le permis de conduire d’un contrevenant en cas d’infraction d’usage du téléphone au volant concomitante à une des infractions listées par le Code de la route (voir https://www.lefigaro.fr/automobile/telephone-au-volant-suspension-au-tournant-20200521), le juge peut désormais lui aussi aggraver les peines encourues pour cette même infraction. Soyez donc prudent lorsque vous engagez une contestation de l’infraction.

Rappelons que l’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdit. Il en est également du port à l’oreille, par le conducteur d’un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d’émettre du son.

Sont donc strictement interdits: le fait de tenir en main son téléphone pour quelque usage que ce soit, de s’équiper d’écouteurs, de porter un casque audio, ou encore d’avoir une oreillette Bluetooth. Seul est autorisé l’usage d’un dispositif intégré au véhicule (ou au casque pour les motocyclistes) ou au pare-soleil.

L’interdiction vise tous véhicules en circulation, c’est-à-dire les véhicules tant en mouvement sur la voie publique qu’à l’arrêt moteur allumé, mais pas les véhicules régulièrement stationnés.

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir auxdites dispositions est puni de l’amende de 135 euros à 750 euros. Le conducteur fautif sera en outre sanctionné d’une perte de 3 points sur son permis de conduire.

Sachez également, qu’en cas de contestation et de passage au tribunal, le juge dispose depuis le 18 mai dernier d’une sanction complémentaire. En effet, tout conducteur coupable de cette infraction encourt également la peine de suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire.

Toutefois, cette suspension peut être limitée à la conduite en dehors de l’activité professionnelle de sorte que le juge peut assortir sa décision d’un permis blanc permettant au contrevenant d’effectuer sa suspension de permis de conduire pendant le week-end et/ ou ses congés.

Partager cet article

Commenter cet article

Alcool au volant
Permis de conduire
Stupéfiants au volant
Excès de vitesse
Infractions routières
Litiges automobiles
PV dans l'entreprise
L'actualité presse du Cabinet

Les dernières interventions dans la presse de Maître Rémy JOSSEAUME :

Dossiers références du Cabinet
dossier reference
A la Une
Retrouvez mes derniers articles dans la Revue de Presse
Retrouvez mon Blog sur Facebook
Retrouvez mon Blog sur Twitter

Retrouvez le Droit Routier sur Facebook