S'ils ont la force, il nous reste le Droit Victor Hugo
Partager Le Droit Routier sur :
Flux RSS :
Alcool au volant
Permis de conduire
Stupéfiants au volant
Excès de vitesse
Infractions routières
Litiges automobiles
Contact

Tel.:   01.76.54.34.97

Port.: 06.15.35.35.52

L'actualité en direct

Les dernières interventions dans la presse de Maître Rémy JOSSEAUME :

A la Une
Retrouvez mes derniers articles dans la Revue de Presse
Retrouvez mon Blog sur Facebook
Retrouvez mon Blog sur Twitter

L'Automobile-Club des Avocats - ACDA

Après avoir fondé la Commission Juridique de l'association 40 Millions d'automobilistes qu'il a présidé bénévolement (de 2007 à fin 2011), Me Rémy JOSSEAUME est l'un des fondateurs de L'AUTOMOBILE-CLUB DES AVOCATS

En savoir plus

Formations et séminaires en droit routier

Me Rémy JOSSEAUME intervient comme conférencier en droit routier pour le Barreau de Paris et au sein d'entreprises, d'associations, clubs de course, etc..

En savoir plus

Lettre d'information

Inscrivez-vous à la lettre d'information du Droit Routier et recevez toute l'actualité directement sur votre mail !

M'abonner à la newsletter


Retrouvez le Droit Routier sur Facebook

BFM TV: CIRCULATION DIFFERENCIEE

Publié le 22 juin 2017

Tags : PRESSE, TÉLÉVISION, BFM TV


BFM TV: CIRCULATION DIFFERENCIEE


Plus d'un million de véhicules Crit'Air 4 et 5 ont interdiction de circuler à Paris et dans une large partie de l'Ile-de-France ce jeudi, en raison d'un pic de pollution à l'ozone lié à la canicule.

Mais le fait que l'absence de vignette Crit'Air ne soit toujours pas sanctionné limite l'impact de la circulation différenciée, explique un avocat spécialiste en droit routier.

Finie la circulation alternée, place ce jeudi à la circulation différenciée à Paris et dans une large zone d'Ile-de-France, en raison d'un pic de pollution à l'ozone lié à la canicule. L'autorisation de circuler ou non, ne dépend plus de votre plaque d'immatriculation (plaque paire ou impaire) comme avant, mais du classement Crit'air de votre véhicule. Les véhicules classés 4 et 5 (véhicules diesel les plus polluants) doivent rester au garage, de même que les véhicules datant d'avant 1997, soit en tout 2,8 millions de voitures interdites. Voilà donc la nouvelle façon de lutter contre la pollution.

Sauf, que la vignette n'est toujours pas obligatoire. Son absence ne sera verbalisée qu'à partir de juillet prochain. De fait, ce jeudi, il y aura beaucoup de tolérance sur le terrain, assure le commissaire Alain Giblin. "Nous devons mettre le juste curseur entre le fait que cette nouvelle mesure est peu connue – et pour laquelle nous devons faire de la pédagogie -, et certains comportements particulièrement inciviques". "La question c’est : comment les forces de police vont contrôler les véhicules?" Sauf que pour l'avocat Rémy Josseaume, spécialiste en droit routier, cette tolérance couplée au fait que l'absence de vignette n'entraîne toujours pas de verbalisation pose problème. "A partir du moment où le défaut de vignette ne constitue pas une infraction à la loi pénale, la question c'est: comment les forces de police vont contrôler les véhicules?". 

Parce que la vignette est l'outil de verbalisation du classement Crit'Air, et sans vignette, il est très difficile de repérer l'automobiliste contrevenant. "Il va falloir alors l'interpeller, vérifier avec toutes les données techniques du véhicule, dont la carte grise, s'il est en infraction... Mais à mon avis les policiers n'ont pas les connaissances précises des classements de tous les véhicules qui circulent dans Paris". Conséquence, selon l'avocat, en cette période très sécuritaire et de forte chaleur, les policiers vont certainement fermer les yeux devant de nombreux pare-brise sans vignette, ce qui risque d'avoir un impact sur l'efficacité de cette circulation différenciée.



Commenter cet article

Plus d'articles sur le Droit Routier